POÈMES

Faire de nos élèves non plus les spectateurs passifs de l’histoire mais des analystes et des acteurs de leur présent.
Lyse Lambrechts, professeure de Lettres

Poèmes
Poèmes

COIFFÉ DÉCOIFFÉ NOTRE ÉTÉ

Samedi vingt juin c’est le début de l’été

Ma saison préférée la plus ensoleillée 

Début des marchés des récoltes dans les vergers 

Cet été s’annonce de grandes vacances décoiffées 

Déconfiné mais pas le droit de voyager 

Festivals déprogrammés vacances annulées 

Virus à la clé vacances pas si décoiffées 

L’été peut rimer avec convivialité 

Se mettre en été pendant le mois de juillet 

Aimer rigoler admirer la volupté 

Aimer se balader en toute simplicité 

Les couchers de notre été charment les passagers 

Cette saison éclairée nous aide à voyager 

Si doux si beau et si léger notre bel été 

Cette année en particulier été coiffé 

Épidémie ancrée un été détracté 

Plein de choses vont changer il faut rester soudé 

Un mental de guerrier un été rattrapé 

Aimer c’est vouloir sauver notre bel été 

Respecter et appliquer c’est pas compliqué 

Une pensée sauver l’été coiffé décoiffé.

Conséquence de la Covid

Le rouge de Guerdavid, Inspiré de Rimbaud et Verlaine, Franck

A la mi-mars, début du printemps

Malheureusement, c’est aussi le confinement

Nous devons rester à la maison

Et chercher de nombreuses occupations

Nous mettons tous nos espoirs dans la médecine

Pour vaincre ce virus, faut-il la chloroquine !

Tous les soirs, à 20 heures nous applaudissons

A nos fenêtres ou sur nos balcons

Les jours passent et se ressemblent

Nous devons essayer de vivre ensemble

Avec des inquiétudes, devant cette pandémie

Restons positifs, pour le bien de notre famille

Un potentiel vaccin ! Un travail de fourmi

Enfin, voici le dé confinement, vive la vie !

Le Virus

Vers inspirés de Christian Vanhille «La poésie», Gwendoline

Qu'est-ce qu'un virus

Tout le monde se le demande

En pleine pandémie

Personne ne l'a voulu

Est-ce absurde

Un virus transforme tout en débris

Un virus est comme un lion

Un lion en cage qu'on relâche

Ce virus nous utilise comme des pions

On joue à cache-cache

Un virus est comme une prison

On s'enferme pour fuir

Fuir une réalité

Cette prison est comme un poison

Du poison qui détruit tout 

Et ce qu'il nous reste à accomplir

Devrions-nous abandonner?

Assis au bord de ma fenêtre

Rayane
Pendant le confinement,

J'attends impatiemment

Assis au bord de ma fenêtre,

Je regarde les rues désertes

Peu de choses se passent

en cet instant peu réconfortant

Combien de temps encore ?

A voir les mêmes personnes,

les mêmes endroits,

les mêmes objets

Combien de temps encore ?

A entendre les mêmes voix,

les mêmes devoirs,

les mêmes règles.

Liberté perdue

Liberté perdue

Mais le calme revenu

Chez certains c’est l’agacement

Chez d’autres c’est apaisant

Malgré le confinement

Au gré du vent

Nombreux sont ceux

Qui ne joueront pas le jeu

Face aux recommandations

Certains s’abandonneront à leurs passions

Tandis que d’autres garderont la raison

Mais tous resteront sous pression

Or la menace

Ne donnera pas le coup de grâce

Et n’effacera pas les traces

De l’espoir de la populace.

Déjà plus de 55 jours

Déjà plus de 55 jours que nous voilà confinés.

Quelque part, ça a le goût et l’air de vacances

Petit air amplifié chaque jour par la présence du soleil

À l’exception de l’hélicoptère de la gendarmerie ou celui du Samu, le ciel est désert

Une pie, un corbeau égaré, quelques étourneaux perchés en haut du figuier

Le silence sporadique est troublé par les quelques bus qui circulent

Le jardin est animé du tsi-tsi des mésanges bleues et des charbonnières

Pas très civilisées, elles se bousculent dans la mangeoire

Ça s’anime également du côté de l’hôtel à insectes…

Coronavirus,

Le printemps s’en moque. Quelques irresponsables également

Le souffle du Covid 19 a emporté Manu Dibango

Il ne sélectionne pas, il se répand

Dans le silence assourdissant du confinement

Alors que les fleurs et bourgeons enguirlandent les fruitiers

Et toujours le soleil

Et toujours les mésanges

Et toujours le silence apaisant

L’invasion est invisible,

Mais bien réelle et exponentielle
Alors, on reste vigilants,

ON NE LÂCHE RIEN !

En espérant que vous et votre famille allez Bien

Equilibre

Celui qui veut monter plus haut

Devra savoir descendre

Celui qui sait se contenter

Sera toujours content

Celui qui se vante de ses gloires

En perd tout le mérite

Celui qui veut la lumière

Devra connaître les ténèbres

Qui croit savoir

Apprendra qu’il ne sait pas

Qui se veut riche

Est toujours en quête de possession

Plus on donne

Plus on possède

 

Coiffé décoiffé notre été

Eva

Samedi vingt juin c’est le début de l’été

Ma saison préférée la plus ensoleillée

Début des marchés des récoltes dans les vergers

Cet été s’annonce de grandes vacances décoiffées

Déconfiné mais pas le droit de voyager

Festivals déprogrammés vacances annulées

Virus à là clé vacances pas si décoiffées


L’été peut rimer avec convivialité

Se mettre en été pendant le mois de juillet

Aimer rigoler admirer la volupté

Aimer se balader en toute simplicité

Les couchers de notre été charment les passagers

Cette saison éclairée nous aide à voyager

Si doux si beau et si léger notre bel été


Cette année en particulier été coiffé

Épidémie ancrée un été détracté

Plein de choses vont changer il faut rester soudé

Un mental de guerrier un été rattrapé

Aimer c’est vouloir sauver notre bel été

Respecter et appliquer c’est pas compliqué

Une pensée sauver l’été coiffé décoiffé.

 

Contactez-nous

Utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais. Merci.

Pas lisible ? Changer le texte captcha txt

Tapez ici votre recherche et sur la touche ENTRÉE de votre clavier